" TOUTE CRITIQUE EST CRITIQUE DE L’ŒUVRE ET CRITIQUE DE SOI-MÊME ; POUR REPRENDRE UN JEU DE MOT DE CLAUDEL, ELLE EST CONNAISSANCE DE L’AUTRE ET CO-NAISSANCE DE SOI-MÊME AU MONDE. "

ROLAND BARTHES, ESSAIS CRITIQUES.

mosaique images

LES PRESSES

photo presse

MOX 1380

2013

"(...) Rien n’est surligné. L'écriture chorégraphique est précise et ciselée. Métaphorique, elle évoque sans didactisme. Un solo sans gras, à vif jusqu'à l'os. (...)"

Christiane Dampne - Mouvement.net  - Mai 2014

 


photo presse

OUI

2011

"Véritable instalation plastique, la dernière création de la Compagnie Pascoli a surpris le spectateur avec la diffusion en entrée de spectacle d'un enrgistrement de "L'homme de merde" de Christophe Darcos, le poète qui transformait la langue en "pâte-mot". La chorégraphie qui a suivi se jouait, sorte d'écho à la "mastication verbale" du poète, de l'espace flouté par une multitude de tubes plexiglas savamment disposés pour déformer, fragmenter, étirer ou estomper les corps et les gestes des trois danseurs. Les jeux de lumière variant d'intensité et de couleurs, associés à une bande-son en parfaite osmose, complétaient cette chorégraphie qui a transporté le spectateur dans un monde irréel, hors du temps. A ce tableau magique se mêlait l'éxécution, par les danseurs, hors champ du spectre, de soli qui ont permis alors au spectateur, en contrepoint, de découvrir l'éxécution au cordeau de cette chorégraphie parfaitement ciselée, toujours en osmose avec la lumière et le son.

Une superbe création artistique de Anne-Marie Pascoli exécutée avec autant de talent par les trois danseurs que sont Anne-Marie Pascoli, Akiko Kajihara et Frédéric Labrosse."

Le Dauphiné Libéré - 16 février 2011


photo presse

MODERATO FORTE

2007

"Une contradiction permanente, au fil des tableaux successifs...une bande son qui fait côtoyer l'allegre du concerto n°20 de Mozart et Nina Hagen. Ce spectacle recèle de moult surprises scénographiques, d'une machinerie lumineuse insensée, d'un "guest" mystérieux, de projections "à ciel ouvert". Mais au delà de ces surprenants artifices, on retiendra un usage atypique des sources lumineuses, et surtout une pleine osmose entre les protagonistes."

Le Petit Bulletin - 1er mars 2006

mosaique images